• workshop

    Cécile Mainardi

    A la lumière de l’œuvre de différents poètes modernes et contemporains, Cécile Mainardi invitera les étudiants à s’interroger autour de quelques questions et problématiques qui se trouvent être aussi au cœur de son travail et de sa poétique : Comment travailler sur le motif ? et/ou sur la sidération du motif ? (ex : la Blondeur) Comment produire du texte à partir d’un mot ? (ex : Je suis un grande Actriste) Comment tourner autour du pot ? autour du mot ? Comment trouver des « désinhibiteurs » d’écriture ? (ex : l’Eau super-liquide) Qu’en serait-il de l’image d’un texte (photographie, film ou autre) ? de sa matérialité propre (visuelle et sonore) ? (ex : La Forêt de Porphyre)
    Cécile Mainardi est née à Bois-Colombes, dans la région parisienne, et y a grandi, un œil cependant tourné vers le sud, l’horizon italien. Très tôt, elle témoigne d’un goût prononcé pour l’écriture et la parole poétique. Au fil des année, elle développe une poésie baroque  où  ne sont plus contradictoires lyrisme et humour, émotion et réflexion, emportement d’écriture et dispositifs formels.

    workshop écriture

    CECI N’EST PAS UN TEXTE

    du 15 au 18 avril

    conférence

    mercredi 16 avril

    amphi A

    à 18 h

    option art, année 2

  • workshop & conférence

    Pamina de Coulon

    Performativité, vie quotidienne et spectateurs émancipés

    Artiste-performeuse suisse, Pamina de Coulon a développé sa pratique à la Haute Ecole d’art et de Design de Genève avec Yan Duyvendak, Josep Maria Martin, Lina Saneh et Christophe Kihm dans l’option ART ACTION. Son travail est un reflet de son désir de tout comprendre, qu’elle articule en convoquant différentes formes de narration, allant de l’autosuggestion et du stand up à la parole libérée comme on la trouve en psychanalyse ou encore les notices encyclopédiques. Tout en gardant des racines nourries dans la performance originelle, celle que l’on n’imagine plus qu’en noir et blanc.

    workshop

    du 15 au 18 avril

    conférence

    mercredi 16 avril

    amphi A

    à 18 h

    option art, année 2

  • workshop

    Jean Luc Blanc

    L’imagerie de Jean-Luc Blanc emprunte principalement au cinéma sans pour autant reproduire des images tirées directement des films. L’artiste s’approprie des cadrages, des visages ou des scènes qui constituent son univers personnel. En parallèle à ce travail inspiré du « cinéfils » qu’il est, dad is dead, JLB réalise des dessins à partir de petits objets ou figurines qu’il assemble telles de petites dramaturgies. Ainsi, il superpose de façon incongrue des personnages ou des scènes dont les gestes et les actions dépeintes deviennent, par association d’idées, surréalistes. JLB navigue dans une panoplie de genres étendue. Loin d’être une simple galerie de portraits dédiée aux stars du cinéma, ses oeuvres puisent aussi bien dans le registre de la scène de genre l’éternel masculin-féminin que dans un registre d’images proches du cartoon ou du comic book.

    workshop

    du 14 au 18 avril

    années 4 & 5

  • événement

    VITRA + musées à Mulhouse & à Bâle

    Ce voyage permettra aux étudiants :

    - d’appréhender le processus de création industrielle d’une marque telle que Vitra qui propose depuis quelques décennies une stratégie de communication à travers la réalisation de ses locaux par des architectes représentatifs de l’architecture contemporaine
    - de découvrir les musées et lieux d’art majeurs des villes de Bâle et de Mulhouse

    voyage étudiant du 14 au 18 avril

    à Mulhouse et Bâle,

     

  • conférence

    Etats des recherches : Etienne Cliquet

    « Le travail d’Etienne Cliquet est visible à la fois sur Internet et dans l’espace tangible. De 1999 à 2004 il a co-initié et animé avec Sonia Marques le collectif en ligne Téléférique. Depuis 2004 il développe des recherches en origami assisté par ordinateur. Etienne Cliquet s’intéresse à la fragilité et la légèreté du pliage dans sa relation au caractère versatile et immatériel d¹Internet. […]
     Le geste élémentaire de plier, du latin «Plicare», convoque en effet les notions d’implicite, d’explicite, de complexe, d’impliqué ou d’appliqué, et permet de saisir de multiples concepts au coeur de la société de l’information. Si le pliage permet aux scientifiques un va et vient entre théories mathématiques et travail manuel, entre opérations et manipulation, entre algorithmes et bricolage, il permet également à un artiste comme Etienne Cliquet un va et vient assez déroutant entre plusieurs communautés (les origamistes, les programmeurs, les artistes, les scientifiques) qui cohabitent et coopèrent sur le réseau sans pour autant confondre leurs codes ni leur culture. […] »
    Paul Devautour

    conférence

    mercredi 9 avril

    à 18h

    Amphi A

  • événement

    Mur # 11. Benoît Porta

    Le mur
    Réminiscence acoustique.

    Lieux, sites, espaces et architectures sont faits et font notre environnement.
    Les frontières se glissent et prennent place pour marquer les décisions faites sur notre espace, une zone où la pensée devient acte et prend place physiquement.
    Des murs se dressent et isolent les sens et les hommes.
    Ce mur devient, par l’ajout d’une gaine acoustique, un espace où viennent se juxtaposer des lieux différents, isolés par l’architecture et la position du corps.
    Les frontières entre extérieur et intérieur se font plus ténues, l’espace privé intérieur du bâtiment institutionnel se voit confronté à un lieu public, un site ouvert.
    Cet ajout sur le lieu, la modification de l’espace d’origine fait apparaître une dialectique, un mouvement entre ces différents sites. Un espace sensoriel et sensible crée une mise en avant par l’empreinte acoustique de ce lieu, mais le lien se fait également par le déplacement, la déambulation faite par le passant qui peut parcourir les gaines et retrouver les sites de captation.
    Un nouvel espace mental se dessine alors et vient se rajouter au lieu original.

    vernissage

    merc. 9 avril

    à 12 h 30

    exposition

    du 9 avril 

    au 2 mai 2014

  • intervention

    Virginie Barré

    Les médiums artistiques utilisés par l’artiste sont divers et variés et vont de la sculpture au dessin, en passant par la marionnette, la bande dessinée et l’installation.Virginie Barré centre son oeuvre sur le fait-divers, le danger, la disparition ou le meurtre, en atténuant les frontières entre fiction et réalité. Elle utilise l’imagerie des scènes de crimes, une iconographie empruntée à la télévision, au cinéma européen et américain (Shining, eXistenZ, Alfred Hitchcock, David Lynch,...), à la science-fiction et à la littérature policière. Ses installations sont un rendez-vous avec la mise en scène de la mort, une invitation sur les lieux du crime qui réveille nos fantasmes de voyeurisme. Ses atmosphères de crimes deviennent un langage plastique où le spectateur se mue en détective.

    mercredi 8 avril

    intervention au sein du séminaire
    GENRE2030

    visite d’ateliers



  • exposition

    Global Tools aujourd’hui

    Présentation des projets produits dans le cadre de Global Tools aujourd'hui par Camille Platevoet, Irina Pentecouteau, Cécile Laporte et Coralie Gourguechon, quatre jeunes designers diplômées en 2013 de l'institut supérieur des arts de Toulouse et associées au groupe de recherche
    (plus d'informations: www.design.isdat.fr)

    Publications
    — 4 DVD d'entretiens avec Ugo La Pietra, Alessandro Mendini, Andrea Branzi, Gianini Pettena, produits par l'isdaT + traduction française de la retranscription de ces entretiens, édition isdaT beaux-arts, 2014
    — www.design.isdat.fr, publication en ligne de sources documentaires et de projets produits dans le cadre des projets de recherche de l'option design de l'isdaT beaux-arts.
    — catalogue de l'exposition Sharing Design, édition Milano Makers, 2014

    exposition de travaux issus du projet

    de recherche à Milan dans le cadre

    de Sharing Design, organisée par

    Milano Makers à La Fabbrica

    Del Vapore Milan dans le cadre

    d'Il fuori salone internazionale

    del mobile

    du 8 au 13 avril 2014

  • événement

    Fin d’études / début de carrière

    Deux journées consacrées à la préparation d’une activité artistique sont organisées pour les étudiants et diplômés de l’isdaT beaux-arts.
    Journées organisées par l’isdaT beaux-arts avec le BBB centre d’art, animée par Cendrine Button, coordinatrice plateforme ressource BBB centre d’art.

     

    ecosystème du monde de l'art

    journée #1

    lundi 7 avril
    9 h

    Virginie Barré, artiste
    10 h 30
    Marie-Béatrice Angelé, conseillère arts plastiques DRAC Midi Pyrénées
    11 h 15
    Marie Bonfill, chargée de mission arts visuels Région Midi-Pyrénées
    de 14 h à 17 h témoignages
    Christian Mayeur, collectionneur, Midi-Pyrénées
    Isabelle Alfonsi, Galerie Marcelle Alix, Paris 20ème
    Marie Cozette, directrice de la Synagogue de Delme (57) Présentation du programme de résidence à Lindre-Basse

     

    cadre juridique des arts

    plastiques, graphiques & visuels

    journée #2

    lundi 14 avril
    de 9 h à 13 h

    Le cadre légal des activités artistiques : connaître les régimes fiscaux et sociaux des revenus artistiques, déclarer un début d’activité, établir des factures…
    de 14 h à 16 h
    Les principes du droit d’auteur : comprendre son application, connaitre les bases d’un contrat.

  • workshop

    Dominique Gilliot

    Hic et nunc, exercices contextuels, et jeux performatifs
    La semaine sera consacrée à aborder la pratique de la performance à travers une série de petits exercices adaptés pour une part de la lecture de Théâtre de l’Opprimé d’Augusto Boal, d’autre part de protocoles performatifs préétablis, réadaptés pour l’occasion, et enfin de propositions d’expérimentations collectives destinées à « s’essayer » au performatif dans ses multiples aspects (prises de parole, mouvements, manipulations d’objets, partage d’un ici et maintenant…). L’accent sera mis sur l’expérimentation et l’expérience de soi dans ce cadre particulier mais une partie du temps sera aussi consacré à une part « documentaire » : visionnage de pièces, lecture de textes critiques, discussions autour de ces éléments. Les expérimentations seront ainsi nourries, et s’ancreront dans une histoire qui, bien que courte, n’en est pas moins déjà relativement fournie.

    du 7 au 11 avril

    année 1